L’horloge biologique

 

Pourquoi parle-t-on d’horloge biologique ?

Tous les jours notre organisme agit, réagit et se restructure pour survivre. Il le fait autour d’un système de contrôle et de gestion interne semblable à une horloge. Cette horloge régule l’influence du temps sur notre biologie : c’est notre horloge biologique.

Quel est son rythme ?

Des expériences scientifiques menées à grande profondeur, sous terre, en l’absence d’influence environnementale extérieure ont démontré que le rythme de base de notre horloge était de 26 à 28 heures. Comme le rythme solaire est de 24 heures, des synchroniseurs liés au soleil (les rayons cosmiques, la lumière) nous le recalent tous les jours sur 24 heures.

Comment l’horloge principale fonctionne-t-elle ?

La perception des synchroniseurs solaires se fait chez l’homme par l’intermédiaire de neurones spécifiques de la rétine, différents de ceux qui nous servent pour la vue. Ce sont eux qui vont recevoir les rayons venus du cosmos et qui vont déclencher l’activation de certaines zones du cerveau. C’est le point de départ du cycle primordial synchronisé sur 24 heures d’où découleront toutes les réactions en chaîne étudiées par la chronobiologie. C’est ainsi que seront enclenchés tous nos rythmes fondamentaux : le sommeil, l’activité, la faim, la satiété, la soif, la sexualité… Cette horloge centrale interagit sur les systèmes hormonaux et particulièrement la synthèse d’une neuro-hormone (la mélatonine) qui, par sa sécrétion nocturne, recale en permanence l’organisme sur l’alternance de la nuit et du jour.

Attention au départ : Top Chrono !

Au petit matin, l’horloge biologique, stimulée par les synchroniseurs solaires, va immédiatement déclencher une sécrétion de cortisol qui, à son tour, va entraîner toute l’activité de toutes les hormones. Ce sont elles qui seront chargées de faire passer les informations partout dans le corps. Toutes les cellules, toutes les fonctions, tous les organes sont soumis à des rythmes biologiques coordonnés, et chaque cellule, chaque fonction, chaque organe est dépendant des autres ce qui permet de maintenir une cohérence générale.

L’alternance sommeil/veille, la faim, la prise des aliments, l’activité ou la réparation des cellules, toutes ces activités essentielles obéissent chacune à des cycles qui suivent celui de l’horloge biologique. Et tout cela fonctionne bien grâce aux synchroniseurs.